Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Bestiaire > Morshleg à Poils Longs

GemmeMorshleg à Poils Longs

à ne pas confondre avec un Dantragor musqué

mercredi 12 juillet 2006, par Cham von Schrapwitz

Alors que je revenais d’une convention de mages tellement assommante que je l’ai quittée avant la fin (qui peu bien s’intéresser à une thématique « magie de l’eau et arrosage des fleurs » ?), je suis tombé sur un groupe de paysans incultes et tarés (double pléonasme), qui courraient devant un gros animal velu et énervé. D’instinct, je m’apprêtait à carboniser tout ce petit monde pour faire passer ma mauvaise humeur [1], lorsque je me rendit compte que le gros animal était un morshleg à poils longs, probablement venu des Terres Sauvages.

Tour de Blizdand, troisième jour de la décade de la truite

Soucieux de ne pas participer à la disparition d’une espèce menacée, je me contentais de frire les trois paysans, que je qualifiait de bandits de grand chemin lorsqu’un imprudent bailli vint m’interroger.

Et là, j’entends une voix dans le fond de l’amphithéâtre de mon cours magistral qui, d’une voix pâteuse et estudiantine, me demande tout de go « c’est quoi donc, Grand Maître Cham, qu’un morshleg à poils longs ? »

Passons sur l’inculture crasse des étudiants. Que voulez-vous, de mon temps... C’était déjà pareil.

Le morshleg à poils longs est un gros animal à fourrure qui vit en troupeaux dans les Terres Sauvages. Il est reconnaissable à sa longue fourrure marron clair et à ses deux longues cornes qui poussent en « V » au bout de son nez, et donc l’utilité apparaît évidente lorsqu’on y voit empalés des cadavres de gobelins morts. Un morshleg mesure environ 3m40 au garrot pour deux tonnes, ce qui en fait une bête de taille, que sa musculature puissante et ses canines affûtées mettent à l’abris de la plupart des prédateurs non armés d’une épée Vorpale ou d’un Arc elfique +4.

JPEG - 94.6 ko
Morshleg
Illustration : Guillaume Albin, éditions Le Grimoire

Apparenté aux rhinocéros par la cousine germaine de la sœur de son oncle, le morshleg se contente d’ordinaire d’arpenter les Terres Sauvages, où il cohabite en assez bonne entente avec les Trolls, ce qui n’est pas la moindre des étonnantes particularités de ce monstre.

Très recherché pour son cuir, le morshleg a pratiquement disparu. En effet, sa peau, une fois tannée, présente l’étonnante particularité de retenir les odeurs plantaires, ce qui permet aux bottes de sentir encore plus mauvais que d’habitude. La plupart des barbares sont friands de tels cuirs. De « morshleg » à « chlingue à mort » il n’y a pas bien loin, et si j’osais, j’avancerais une courageuse hypothèse étymologique. D’ailleurs j’ose, et ceux qui ne sont pas contents peuvent se oindre de sauce barbecue en attendant ma boule de feu dans la face. Cela dit, il est possible que cela vienne de « shleeg » qui, comme chacun ne le sait pas, signifie « botte » en ancienne langue des Hommes des Terres Sauvages. « morshleg » ne serait donc que la contraction de « Moriac Shleeg », « botte de Moriac ».

Vous voilà bien avancés.

En plus d’avoir le cuir solide, les dents affûtées, le pif cornu et les quatre pattes musclées ; ce puissant mammifère, omnivore strict, est caractérisé par un odorat surdéveloppé (une prédestination ?) ainsi que par son absence d’oreilles. Cela a sans doute facilité son éradication (ou presque) par les chasseurs en quête de cuir, une fois qu’ils eurent compris qu’ils pouvaient faire tout le bruit qu’ils voulaient à condition d’arriver sur l’animal face au vent.

Totalement rétif au dressage, le morshleg est parfois capturé comme animal de guerre par des bandes d’orques en maraude, qui l’apprécient pour son agressivité. Cela dit, ils préfèrent quand même leurs sangliers de guerre, qui sont meilleurs à manger après la bataille.

Sachez enfin que la viande de morshleg est immangeable (à part peut-être par les Trolls), mais que ses yeux sont très recherchés dans les restaurants chics, farcis avec de la graisse de grifoncéros tacheté et du jambon haché.

Cham von Schrapwitz, qui ne va jamais dans les restaurants chics.

Jeu de rôle : cet opposant, avec son gameplay et ses caractéristiques, peut être joué et affronté - il se retrouve dans les documents du JDR ainsi que dans le Grand Bestiaire, en page 55.


[1les frais d’inscription à la convention ne sont pas remboursables