Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Bestiaire > Ours mutant électrique

GemmeOurs mutant électrique

Faite doubler votre armure en caoutchouc

mardi 24 août 2010, par Runegui

Les Ours sont des mammifères plantigrades au caractère vindicatif, à la force herculéenne et à l’appétit féroce ; ajoutez un zeste de chaos et vous obtenez une belle saloperie mutante...

Les ours mutants sont les rejetons dégénérés des animaux corrompus par le château de Gzor. La plupart ne constituent pas de vraies familles de monstres stables, étant juste des ours avec des caractéristiques monstrueuses à peine capable de procréer [1]. Une souche d’ours mutant a pourtant trouvé le moyen il y a longtemps de migrer vers le Sud, où elle a pu après bien des générations stabiliser son patrimoine génétique et devenir une race monstrueuse à part entière : l’ours mutant électrique.

JPEG - 94.1 ko
Ours mutant électrique
Illus. Guillaume Albin

— Punk Attitude —

La première chose qui choque chez un Ours Mutant Electrique (OME pour faire simple), c’est l’abondance de poils raides et bleu qui lui poussent sur la tête, le dos et les épaules. Ce poil luisant et parcouru en permanence de petites étincelles capte l’énergie magique statique et la convertit en puissant potentiel électrique, stocké dans le système nerveux de l’animal dans des petites glandes le long de sa colonne vertébrale [2]. Ces glandes, dites électrogènes, sont capables de conduire le courant qu’elles produisent à travers les paumes et la ’prise’ de l’animal [3] en fonction de la nature des excitations qu’il ressent — chasse ou reproduction.

— Voltage et Ampérage —

Comme les ours ordinaires, les OME répondent à des cycles biologiques précis et réguliers, malgré des divergences de taille... je m’explique.

Primo : contrairement à l’ours, l’OME est nocturne, car il trouve plus économique de fonctionner durant les heures creuses. Le jour, il recharge ses batteries en dormant dans des lieux saturés de vieille magie moisie, comme des vieux temples en ruine ou des ruines millénaires maudites [4].

Secundo : Le cycle des saison entraîne chez les OME des changements électriques. Au printemps, en sortant d’hibernation, les OME sont en courant continu, qui leur permet de tirer efficacement parti de leur nourriture pour engraisser. Vers la fin de l’été, leur corps réagit à l’abondance de matières graisseuses et fait passer leurs glandes électrogènes au courant alternatif, qui est le signal de la saison des amours. En Hiver, le froid a tendance a décharger leur énergie électrique et les plonge dans une profonde hibernation, les contraignant à ne vivre que sur leurs réserves de graisse jusqu’au printemps.

L’acte sexuel de L’OME consiste en un bref raccordement d’une ’prise’ mâle à une ’prise’ femelle et d’un puissant déchargement électrique. On ne sait pas trop comment, mais les femelles fécondées en automne mettent bas à la fin du printemps suivant, avec des portées de 2 à 4 petits et un taux de survie approximatif de 40% chez les jeunes.

Il faut pourtant reconnaître chez ces monstres étonnants la marque du chaos par les grandes disparités physiques qui ont put être observées parmi les membres d’une même espèce : ours triphasés, ours à multiprise polygames qui se reproduisent à un rythme effarant, ours accumulateur capables de générer des arcs électriques et chassant à distance... Tout est possible, on a déjà vu pire.

— Instructions de sécurité —

La plus grande prudence est conseillée lors des rencontres avec les OME. Leur tempérament les porte à l’agressivité gratuite, et la présence d’un magicien les rend fou, en raison de la magie qu’il capte pour ses sorts et qui leur fait des petits picotement tout partout.

Première chose importante : Si vous utilisez des armes métalliques, prenez la peine de porter en permanence des gants renforcés et isolés, sous peine de prendre une décharge à chaque coup porté. N’oubliez pas non plus qu’une armure métallique parera les crocs et les griffes, mais qu’un simple contact avec les paumes de l’animal vous changeront en toast. Évitez également de vous battre les pieds dans un baquet plein d’eau, ça n’améliorera pas votre situation [5].

La tactique favorite de l’OME consiste à attraper sa proie avec ses pattes antérieures et à lui balancer une grosse décharge, puis de passer au suivant. Quand il pèche, il se contente de poser une patte dans l’eau ; la seconde qui suit le flash aveuglant, une vague odeur de sodium emplit l’air et tous les poissons dans un rayon de 10 mètres se retrouvent à nager sur le dos... C’est une méthode assez désespérée, car elle consomme toutes leurs réserves en une seule fois ; seule la disette amène les OME à consommer du poisson.

— Petits bouts utiles —

Sans surprise, les glandes électrogènes présentent un gros intérêt pour les magiciens, qui ont appris à les transformer en générateurs expérimentaux : savamment embaumée par magie selon des procédés secrets, une glande peut être conservée plusieurs années et fournir l’énergie suffisante pour éclairer tout un étage de donjon à l’œil, sans sort de lumière à renouveler tout les jours.

À part les glandes, le pelage de l’OME conserve certaines propriétés après sa mort. Les poils raides et bleus peuvent être employés dans la fabrication de Plumeaux Antistatiques de Plyz  [6] Le reste de la peau fournit une descente de lit médiocre, des bottes qui chatouillent et des gants dignes d’un magasin de farce et attrapes. La viande est difficilement consommable et rend nerveux à l’extrême toute créature qui en consomme durant des jours [7].

La ’prise’ de l’ours mutant est parfois consommée comme aide à la fertilité dans les peuplades primitives. Autrement, elle n’a d’autre utilité que pour raccorder des objets magiques importants à leur source de pouvoir, mais de simples fils de cuivre ou d’argent font aussi parfaitement l’affaire.

— Conclusion —

L’ours mutant électrique est une créature ancienne et très connue, qui ne mérite plus vraiment d’être étudiée plus avant. On la tue, on la mange, on fait des bottes avec sa peau et tout le monde est content. Pas besoin d’ergotter. Par contre, j’aimerais bien qu’on me donne plus de fonds pour étudier le Caribou mutant cracheur de saucisses, qui vient tout juste d’être découvert à Mliuej, d’après ce qu’on m’a dit [8].

De vivens Ursam Electronibus, Fiche zoologique proposée par William Lakkro, alors jeune étudiant préparant sa thèse. Classé sans suite.


[1et encore, le résultat est parfois plus que bizarre...

[2C’est pointu, hein ?

[3L’élément le plus déconcertant de l’anatomie de l’ours électrique reste sans nul doute son organe génital, dont l’illustration ci-contre donne un bref et pudique aperçu, mais nous aborderons ce sujet passionnant plus tard.

[4Heureusement pour eux qu’on en trouve partout !

[5Ça s’est déjà vu : Fethyd le Barbare a vu un jour débouler un OME alors qu’il prenait son bain de pieds annuel. L’histoire rapporte qu’il portait une armure complète et un gros casque et une grosse épée en acier. Je vous laisse imaginer le résultat...

[6Plumeau magique repoussant à vie la poussière des surfaces qu’il nettoie. Très pratique si vous aimez votre tour impeccable, même si j’estime qu’un laboratoire de sorcier rutilant nuit à l’image de la profession.

[7on en distribue parfois aux sentinelles durant les périodes de guerre. Efficace.

[8Je vous jure que cette fois, c’est plus crédible que l’éléphant rose, monsieur le directeur. Donnez-moi des sous, vous ne le regretterez pas !